28
Jan

« La Fédération Sépharade du Canada ayant pour mandat principal de renforcer les liens du séphardisme canadien avec les autres sépharades dans le monde et en Israël en particulier. Le champ d’action de la Fédération s’étend à travers le monde en général et à la totalité du Canada en particulier. »

 

Les évènements tragiques du 7 octobre nous ont amené à réagir le plus vite possible pour affirmer à la face du monde et plus particulièrement envers nos communautés au Canada notre solidarité unconditionelle avec notre cher État d’israël et les moyens mis en place pour mener cette autre guerre non moins importante qui est celle de l’information face au public juif et non juif.

 

Un signe avant -coureur : Le 5 octobre 2023, un jour avant la 50e commémoration de la guerre du 6 octobre 1973 à laquelle j’ai participé en tant que commandant de vedette dans la marine israélienne à Sharm El Sheikh, j’ai été invité, à l’initiative de ma petite-fille Eva Benhaim et à l’invitation de Mmes Shirley Baloulou et Inna Orlov, enseignantes au lycée Bialik, à prendre la parole devant les classes de 10e année et à leur raconter la guerre.

 

Je leur ai parlé de la futilité de la guerre et des bienfaits de la paix. Pour preuve, je leur ai dit que le Bahreïn, l’Égypte, la Jordanie, le Maroc, le Soudan et les Émirats arabes unis (205 millions d’Arabes) ont des relations officielles avec Israël, qu’Oman, le Qatar et l’Arabie saoudite (43 millions d’Arabes) ont des relations informelles avec Israël et qu’aucun État arabe n’a combattu Israël depuis 50 ans, et aucun groupe non palestinien depuis 2006. J’ai ajouté qu’en tout état de cause, Israël a toujours gagné et gagnera toujours toutes ses guerres futures, quelles qu’en soient les difficultés.

 

Cette semaine, le professeur Charles Elkabas, linguiste et spécialiste d’Émile Zola à l’Université de Toronto, m’a demandé comment moi ainsi que mes collègues engagées dans le dialogue judéo-musulman concilions notre engagement à rapprocher les juifs et les musulmans avec notre attachement à la cause d’Israël, et quelles ont été les réactions de nos connaissances musulmanes à Montréal et au Maroc.

 

La réponse à la deuxième partie de la question était simple; j’ai admis que ce n’était pas facile – le silence de nos amis arabo-musulmans à Montréal et au Maroc était et est toujours assourdissant, tout comme, malheureusement, celui de certains Juifs marocains au Maroc.

 

En ce qui concerne la réponse à la première partie de la question, j’ai précisé qu’à l’heure actuelle à la Fédération sépharade du Canada, nous sommes occupés à aider à projeter une image positive d’Israël et à expliquer les atrocités ignobles commises par le Hamas-Daesh. Nous avons insisté que cela ne diminue en rien notre engagement en faveur du dialogue judéo-musulman, avec toutes ses ambiguïtés.

 

Dès le 8 octobre, La Fédération Sépharade a fait parvenir une lettre condamnant en des termes les plus durs possibles l’ignoble tuerie du Hamas-Daesh et manifestant notre solidarité inconditionnelle avec l’État et le peuple d’israël. Nous avons été invités par certains médias canadiens comme RDI où nous avons livré notre point de vue dès le 8 octobre à l’émission de Céline Galipeau, avec Julie Drollet le 10 octobre et le 15 octobre l’émission « Tout terrain » avec Janik Tremblay.

 

La Federation est en liaison constante avec l’organisation Sioniste Mondiale, dont nous sommes membres à part entière, et membres de son exécutif, la Fédération Sépharade Mondiale, le Ministère des Affaires étrangères d’israël ainsi que Fesela, (la Fédération Sépharade latinoaméricaine), nous avons participé à des séminaires de « Hasbara » et reçu du matériel pour le diffuser auprès de nos communautés et nos synagogues au Canada. Celui-ci comporte entre autres, des affiches avec les photos des otages kidnappés par les teroristes du Hamas-Daesh. Nous recevons quotidiennement du Ministère des Affaires Étrangères d’Israël du matériel numérique que nous diffusons.

 

Nous nous sommes engagés dans cette guerre de l’information, à garder le cap et montrer au monde la justesse de la cause pour laquelle nos soldats et notre peuple sont mobilisés – l’existance et la pérennité de l’État d’Israël, le seul État juif au monde.

 

Sur un autre aspect nous essayons de garder les liens que nous avons tissés depuis des années avec nos amis musulmans marocains qui ont participé dernièrement à des activités communes que ce soit à Montréal au Maroc ou en Israël. À ce sujet nous envoyons chaque matin à plus d’une centaine de nos contacts, universitaires et influenceurs les dernières informations reçues d’Israël.

 

Nous avons été informés par notre partenaire, l’Organisation Sioniste Mondiale du programme « Our home is your home » que grâce à l’initiative de 11000 propriétaires de logements en Israël et qui vivent en diaspora, mettaient ces logements à la dispositions des habitants des localités d’Israël obligés d’évacuer leur résidences pour des raisons de sécurité, voire même ceux qui avaient tout perdu lors des attaques du 7 octobre.

 

Enfin, on dit parfois injustement aux Israéliens que leur gouvernement devrait absorber le coût d’une année passée par chaque Israélien en dehors d’Israël, où il apprendrait les mœurs et les règles de la vie en commun – après le 7 octobre, il est devenu évident que c’est le contraire qui devrait se produire : ce sont les Juifs de la diaspora qui devraient passer au moins un an en Israël, à leurs frais, pour apprendre ce que sont l’unité et la résilience d’une nation, et la détermination inébranlable des Juifs d’être juifs dans leur patrie; car contrairement à nous, dans la diaspora, qui avons toujours un pays qui nous accepte à tout moment, les Israéliens n’ont nulle part où aller, et ils n’ont qu’une seule option: gagner chaque bataille pour protéger leur maison – notre maison.

 

Avraham ELARAR

Président de la Fédération sépharade du Canada.

Leave A Comment